graisse brune graisse blanche

La différence entre les graisses brunes et les graisses blanches

Nous savons tous qu’il existe des graisses alimentaires saines (bonjour les oméga-3 !) et des graisses alimentaires à proscrire (les acides gras trans fabriqués). Et si nous vous disions qu’il en va de même pour les différents types de tissus adipeux de l’organisme ? En d’autres termes, il pourrait exister un type de graisse spécifique, appelé graisse brune, qui lutte contre l’obésité au lieu de l’alimenter.

Intrigué ? Nous avons pensé que vous le seriez.

Voici une analyse scientifique de la graisse brune par rapport à la graisse blanche.

Qu’est-ce que la graisse blanche ?

La graisse blanche, également appelée tissu adipeux blanc, constitue la majorité de la graisse du corps des adultes. Elle est constituée de grosses gouttelettes de lipides (ou de graisse) et est relativement inactive. Ce type de graisse sert d’espace de stockage pour les calories excédentaires que nous consommons.

Qu’est-ce que la graisse brune ?

La graisse brune est surtout connue pour ses tonnes de petites gouttelettes lipidiques, chacune armée de ses propres mitochondries. Les mitochondries sont les organites produisant de l’énergie dans les cellules. Pourquoi est-ce important ? Les mitochondries des cellules de graisse brune brûlent des calories afin de produire de l’énergie sous forme de chaleur. En d’autres termes, en nous aidant à nous réchauffer, la graisse brune brûle en fait de la graisse. Merci, graisse brune.

Selon Hopkins Medicine, les bébés possèdent généralement une plus grande quantité de graisse brune que les adultes, car les petits ont besoin d’une aide supplémentaire pour lutter contre le froid au début de leur vie et la graisse brune aide à générer de la chaleur. Le seul problème ? La quantité de graisse brune dans le corps diminue après l’enfance, de sorte que les adultes ne bénéficient pas de ses avantages en matière de combustion des calories. La graisse brune n’est donc pas aussi efficace pour brûler les calories chez l’adulte.

Que dit la science sur la graisse brune ?

Jusqu’à présent, la science confirme les bienfaits de la graisse brune. En fait, certains experts considèrent ce type de tissu adipeux comme un moyen possible de lutter contre l’obésité, grâce à ses propriétés de stimulation du métabolisme.

Des études ont montré que l’exposition d’individus à des températures fraîches peut activer le tissu adipeux brun et ainsi stimuler la combustion des calories, ou la dépense énergétique.

Le tissu adipeux brun peut également réduire le risque de maladie. Une étude réalisée en janvier 2021 a montré que la présence de graisse brune était associée à une moindre incidence du diabète de type 2, de l’hypertension artérielle et des maladies cardiaques chez les adultes.

D’autres études ont établi un lien entre l’activation de la graisse brune et des niveaux plus faibles de béta-acides aminés à chaîne ramifiée (BCAA) en circulation. Cela peut sembler une mauvaise chose, puisque les BCAA sont connus pour fournir rapidement de l’énergie aux muscles lors d’entraînements difficiles, mais un excès de ces acides aminés a en fait été associé à un risque plus élevé d’obésité, de résistance à l’insuline et de diabète de type 2, selon les instituts nationaux de la santé. Conclusion ? Les chercheurs pensent qu’en éliminant l’excès de BCAA du sang, la graisse brune activée pourrait potentiellement contribuer à la perte de poids et réduire le risque de maladies chroniques comme le diabète.

Autre point positif : des études animales suggèrent qu’un exercice intense peut aider à transformer la graisse blanche en « graisse beige », c’est-à-dire en tissu adipeux blanc qui agit comme la graisse brune. Selon une étude de 2018 publiée dans la revue Metabolism, on ne sait pas exactement comment l’activité physique est impliquée dans le « brunissement » de la graisse blanche. Après tout, la graisse brune réagit au froid et l’exercice a tendance à générer de la chaleur. Il existe plusieurs théories sur ce lien, mais une explication probable est que l’exercice physique favorise le fonctionnement de la protéine UCP1, un gène qui aide à convertir la graisse blanche en graisse brune.

Quel est le problème ?

Malgré des résultats prometteurs sur les bienfaits de la graisse brune pour la santé, il reste encore du travail à faire. Jusqu’à présent, la plupart des études sur la graisse brune ont été menées sur des animaux (souris et rats). Il faut donc poursuivre les recherches sur l’homme.

De plus, les méthodes permettant d’augmenter la graisse brune (ou de produire de la graisse beige) ne sont pas vraiment pratiques. Tout d’abord, il faut souvent procéder à des tests complexes, tels que des scanners PET-CT, pour mesurer la quantité et l’activité de la graisse brune dans le corps. Deuxièmement, pour stimuler la graisse brune, il faut se refroidir – littéralement : des études ont exposé les participants à des températures allant de 12 degrés à 66 degrés F pour activer le tissu qui brûle les calories.

En bref

Il ne fait aucun doute que la graisse brune est plus intéressante que la graisse blanche. Le tissu adipeux métaboliquement actif a été associé à une meilleure régulation de la glycémie, à une diminution du risque de maladie cardiaque et à une éventuelle perte de poids.

Cela dit, il n’est pas toujours facile de mesurer et de stimuler la production de graisse brune, ce qui signifie que l’on n’a pas encore tout à fait compris comment augmenter ses propres réserves de graisse brune. Pour l’instant, nous vous recommandons de vous en tenir à des séances de sudation régulières pour soutenir potentiellement l’activité des graisses brunes (une autre excellente raison de faire de l’exercice régulièrement !) Si vous voulez vraiment aller plus loin, vous pouvez essayer de baisser votre thermostat au milieu des années 60 pendant une heure ou deux par jour.

N’oubliez pas qu’il existe des moyens beaucoup plus simples (et beaucoup moins froids) d’obtenir des effets bénéfiques sur la santé associés aux graisses brunes, tels qu’une meilleure sensibilité à l’insuline et une meilleure gestion du poids. Ne comptez pas uniquement sur les basses températures pour faire l’affaire.

À propos de Sophie

Je suis passionnée par la médecine esthétique, les actus des stars et toute nouveauté concernant la médecine. Je vous invite à consulter mes articles pour vous informer des dernières tendances sur la chirurgie esthétique, mais aussi sur tout ce qui relate la santé.

Voir autre article

allaitement anturel

La prévention des pathologies grâce à l’allaitement naturel

Dans les années 1978, les organismes internationaux comme l’UNICEF et l’OMS, s’organisent pour la protection, …