Covid-19 : Facebook durcit sa politique de modération

Afin de lutter contre la désinformation et le conspirationnisme de nouvelles mesures ont été prises par Facebook. L’équipe du réseau social numéro 1 a annoncé de nouvelles mesures destinées à ralentir la diffusion de la désinformation et d’autres contenus nuisibles sur sa fonction « Groupes ». Désormais, si un groupe est supprimé pour avoir enfreint les règles de Facebook, ses membres et administrateurs ne pourront plus en créer de nouveaux. En outre, Facebook n’inclura désormais dans ses recommandations aucun groupe prodiguant des conseils de santé ou incitant à la violence. La visibilité des publications de ces groupes dans le fil d’actualité sera également bridée.

Les groupes Facebook traitant des sujets de santé dans le viseur

Au plus fort de la crise sanitaire liée au coronavirus, de nombreux groupes Facebook ont diffusé des informations médicales erronées et conspirationnistes, en particulier lorsque l’algorithme de recommandation de Facebook en faisait la promotion. Critiquée pour sa passivité, l’administration de la plateforme web semble enfin décidée à endiguer le flux de désinformation entourant la Covid-19.

Ciblant une catégorie entière de contenu, et non un comportement spécifique qui violerait les règles d’utilisation de Facebook, les nouvelles directives de santé adoptent une approche plus large. Désormais, Facebook veut s’assurer que ses utilisateurs puissent obtenir des informations médicales depuis des sources fiables et autorisées.

Le géant du web a déjà essayé de limiter, par d’autres moyens, la diffusion de contenus anti-vaccination et de désinformation virale sur les coronavirus. Facebook a ainsi ajouté des informations contextuelles aux publications qui traitent de la pandémie, et placé des bannières sur les pages relatives à la vaccination. De même, des contenus relatifs à des prétendus remèdes miracles ont été retirés par les administrateurs de Facebook. Malgré tout, le réseau social reste un puissant vecteur de désinformation sur le coronavirus et les sujets santé en général.

Mieux gérer les contenus offensants et incitant à la violence sur Facebook

Dans un contexte de tensions sociales aux USA, Facebook continue à restreindre l’accès au contenu provenant des milices d’extrême-droite et d’autres organisations à caractère violent. Les groupes Facebook qui discutent de la violence potentielle apparaitront moins fréquemment dans l’outil de recherche et dans le fil d’actualité. S’ils menacent de passer à l’acte, ils seront définitivement supprimés.

L’entreprise a cependant eu du mal à définir les limites des contenus offensants. Ainsi, les messages d’un groupe de miliciens du Wisconsin (dont est issu le jeune partisan de 17 ans ayant tué deux personnes au cours d’une manifestation anti-raciste), ont été massivement relayés sur Facebook avant d’être retirés.

À propos de 24 Medical News

Voir autre article

La rentrée des classes pour les tout petits : un sujet qui fait débat

Le COVID-19 a entraîné bien des modifications dans le comportement des individus un peu partout …