chirurgie bariatrique

Traitement de l’obésité : comment retrouver un corps sain

La chirurgie bariatrique est la forme la plus efficace de traitement de l’obésité morbide, car il a été démontré qu’elle est supérieure aux interventions non chirurgicales (régime alimentaire, changement de mode de vie, médicaments) pour obtenir une plus grande réduction de poids et un plus haut degré de maintien.

Cela doit, bien évidement passer par l’adoption d’une alimentation saine, la pratique de sport et le suivi d’un médecin diététicien et veillez à suivre un soutien psychologique.

Il apporte également des améliorations significatives dans les morbidités associées à l’obésité, telles que le diabète, l’hypertension, l’hyperlipidémie et l’apnée obstructive. Cependant, il ne s’agit pas d’une chirurgie exempte de mortalité ou de complications, et les preuves proviennent davantage d’études d’observation (cohortes, séries cliniques, cohortes appariées) que d’essais cliniques contrôlés randomisés.

chirurgie obésité

Des revues systématiques d’études observationnelles et l’étude suédoise sur l’obésité (SOS ; cohorte prospective de 2 010 cas chirurgicaux et 2 037 cas médicaux de patients ayant un indice de masse corporelle (IMC) moyen de 41 kg/m2) ont montré une réduction supérieure du poids, des perturbations métaboliques et de la mortalité.

Ces résultats se sont prolongés à long terme (10-15 ans) avec des améliorations significatives des morbidités (diabète de type II, hypertension artérielle, apnée obstructive du sommeil), ainsi que de la qualité de vie perçue.

Cette perception de la supériorité chirurgicale contribue sans doute à l’absence d’études plus rigoureuses sur le plan méthodologique. La revue Cochrane, malgré le peu d’études contrôlées randomisées, a également suggéré la supériorité de la chirurgie sur le traitement médical/diététique conventionnel, tant en ce qui concerne la réduction du poids que les morbidités associées.

Une autre analyse systématique et une méta-analyse d’études comparatives entre la chirurgie bariatrique et le traitement conservateur (14 052 patients, 29 970 témoins) ont également révélé une réduction de la mortalité toutes causes confondues (OR=0,70 ; IC à 85 % 0,59-0,84).

Quelles sont les opérations de chirurgie bariatrique ?

La chirurgie bariatrique désigne un ensemble de procédures chirurgicales qui facilitent la perte de poids. Il existe différentes techniques, bien que peu d’entre elles aient été comparées entre elles dans le cadre d’essais cliniques contrôlés et randomisés. Cette limitation est aggravée par le fait que la plupart de la littérature comparative sur le poids.

La littérature comparative sur la chirurgie bariatrique est rétrospective et les périodes de suivi sont courtes (deux à trois ans).

Les procédures de chirurgie bariatrique les plus couramment utilisées, qui varient d’un pays à l’autre, incluent les procédures restrictives (anneau gastrique ajustable – par chirurgie laparoscopique ou ouverte, gastrectomie de réduction par tube vertical (sleeve gastrectomie) – par chirurgie ouverte ou laparoscopique) et les procédures restrictives/malabsorptives (dérivation gastrique Roux-en-Y (Bypass Gastrique) par chirurgie ouverte ou laparoscopique et chirurgie de dérivation biliopancréatique avec/sans échangeur duodénal).

À quels résultats après une chirurgie bariatrique ?

Comme pour d’autres procédures chirurgicales complexes, les résultats sont associés à la courbe d’apprentissage et au maintien de l’expertise technique, ce qui suggère une charge de travail minimale de 25 cas/an. D’autres pays exigent une formation suffisante pour pratiquer l’une des trois procédures les plus courantes (Bypass Gastrique, sleeve gastrectomie, anneau gastrique).

En plus des exigences de certification professionnelle, certains pays exigent la création de centres de référence (excellence) pour la chirurgie bariatrique, avec des seuils d’au moins 125 procédures/an par établissement.

Si une plus grande compétence technique de la part des chirurgiens pratiquant la chirurgie bariatrique est associée à une diminution des complications, des ré-opérations et des réadmissions, il ne semble pas que ces complications soient liées à la politique de création de centres d’excellence.

Dans tous les cas, la chirurgie bariatrique est envisagée après une période (six mois) de restriction nutritionnelle supervisée et après une évaluation par une équipe multidisciplinaire et conformément aux indications internationalement reconnues en fonction de l’IMC* et des morbidités présentes.

Quelle est l’indication chirurgicale de la chirurgie bariatrique ?

L’indication chirurgicale est généralement posée en cas d’obésité morbide (IMC ≥ 40 kg/m2) ou en cas d’obésité sévère (type II ou IMC ≥ 35 kg/m2) et de présence de morbidités associées susceptibles de s’améliorer avec une réduction de poids (telles que le diabète de type II, hypertension, hyperlipidémie, apnée du sommeil, etc.).

Ce sont les mêmes recommandations que celles du NICE britannique, qui ajoute la prise en charge intensive préalable par un service spécialisé dans l’obésité, l’aptitude du patient à l’anesthésie/la chirurgie et l’engagement dans un suivi à long terme.

Il existe également des recommandations sur l’efficacité de l’évaluation préopératoire des patients et des candidats à la chirurgie bariatrique, pour une meilleure utilisation des examens complémentaires en fonction du profil de risque et des comorbidités (médicales et psychologiques).

* L’indice de masse corporelle est obtenu en divisant le poids en kilogrammes par la taille en mètres au carré.

 

À propos de Sophie

Je suis passionnée par la médecine esthétique, les actus des stars et toute nouveauté concernant la médecine. Je vous invite à consulter mes articles pour vous informer des dernières tendances sur la chirurgie esthétique, mais aussi sur tout ce qui relate la santé.

Voir autre article

comment remodeler son corps

Comment remodeler son corps ? Les 5 procédures de remodelage du corps les plus en vogue

Vous avez beau vous engager dans des programmes d’exercices et un régime composé uniquement de …