maladie cœliaque

Maladie cœliaque : symptômes et test de diagnostic

La maladie cœliaque est une intolérance permanente au gluten, une protéine présente par exemple dans le blé, l’orge, le kamut ou le seigle.

L’ingestion de gluten en cas de maladie cœliaque déclenche une réponse immunitaire qui affecte l’intestin grêle ; la persistance de cette réponse produit une inflammation des villosités intestinales, structures fondamentales de l’intestin grêle, qui s’aplatissent et entraînent une malabsorption, c’est-à-dire une incapacité à absorber les nutriments, avec des effets à long terme qui peuvent être très graves.

Nous allons essayer de traiter dans cet article : Quels sont les symptômes de la maladie cœliaque et quels tests faut-il effectuer pour la diagnostiquer ?

Maladie cœliaque : quels sont les symptômes ?

Les signes et les symptômes de la maladie cœliaque peuvent varier considérablement et, chez certaines personnes, la maladie est asymptomatique.

Les symptômes de la maladie cœliaque sont les suivants :

  • Diarrhée
  • Ballonnements abdominaux
  • Crampes abdominales
  • Perte de poids

D’autres signes et symptômes peuvent indiquer la présence d’une maladie cœliaque :

    • Anémie, souvent due à une carence en fer
    • Augmentation des transaminases sans explication claire
    • Troubles du métabolisme osseux (comme l’ostéopénie ou l’ostéoporose)
    • Faiblesse musculaire
    • Perte de cheveux
    • Ulcères buccaux ou stomatite
    • Problèmes de fertilité ou fausses couches
    • Maux de tête.

Tests de dépistage de la maladie cœliaque

En présence des symptômes décrits ci-dessus ou en cas de suspicion de maladie cœliaque, il convient de consulter un gastro-entérologue.

Un examen gastro-entérologique doit être effectué avant d’entamer un régime sans gluten, car l’arrêt ou la réduction de la consommation de gluten avant les tests de diagnostic peut modifier les résultats.

Pour diagnostiquer la maladie cœliaque, un test sanguin avec sérologie de la maladie cœliaque est effectué et, en cas de résultat positif, une gastroscopie avec biopsies multiples dans le duodénum est réalisée. Une fois le diagnostic de maladie cœliaque confirmé, notamment par un examen histologique, il est conseillé de consulter un gastro-entérologue spécialisé dans la prise en charge de la maladie cœliaque, afin de recevoir des soins appropriés, des conseils sur la prise en charge et le suivi de la maladie, et d’obtenir une exemption pour la maladie.

Le diagnostic de la maladie cœliaque est souvent posé à l’âge adulte : la maladie cœliaque est en effet une maladie multifactorielle qui se développe chez des personnes génétiquement prédisposées mais qui est déclenchée par un facteur déclenchant (comme les infections gastro-intestinales ou la grossesse) qui n’est pas toujours identifié de manière définitive.

Maladie cœliaque, que manger ?

La maladie cœliaque est une maladie chronique dont il n’est pas possible de guérir. Toutefois, pour réduire les symptômes invalidants et rétablir le fonctionnement normal de la muqueuse intestinale, les patients doivent toujours suivre un régime strict sans gluten.

Cela signifie qu’il faut éviter le pain, les pâtes, les gâteaux et les produits de boulangerie contenant des céréales et des farines à base d’avoine, de blé, d’épeautre, d’orge, de froment, de kamut ou de malt. Il faut également éviter la levure et le seitan, les plats préparés qui peuvent contenir des traces de gluten, le lait et les yaourts à base de céréales et de malt, les sauces, les bouillons cubes solubles, la charcuterie et les bonbons qui contiennent du gluten en tant qu’épaississant.

Les boissons telles que la bière et les boissons solubles pouvant contenir des traces de gluten et les thés aromatisés sont interdits.

Les patients qui suivent un régime strict sans gluten peuvent mener une vie normale, ne signalent aucun symptôme lié à la maladie cœliaque et réduisent considérablement le risque de complications. Les complications de la maladie cœliaque sont nombreuses et comprennent l’ostéoporose, les troubles sexuels et de la grossesse, ainsi qu’un risque accru de développer des néoplasmes, notamment des lymphomes et des adénocarcinomes de l’intestin grêle.

À propos de Sophie

Je suis passionnée par la médecine esthétique, les actus des stars et toute nouveauté concernant la médecine. Je vous invite à consulter mes articles pour vous informer des dernières tendances sur la chirurgie esthétique, mais aussi sur tout ce qui relate la santé.

Voir autre article

allaitement anturel

La prévention des pathologies grâce à l’allaitement naturel

Dans les années 1978, les organismes internationaux comme l’UNICEF et l’OMS, s’organisent pour la protection, …