infections résistantes aux antibiotiques

Infections résistantes aux antibiotiques : et si on essayait la phagothérapie ?

Recueillir des échantillons dans un bassin d’eaux usées n’est pas une tâche très agréable, mais cela pourrait bien éviter une catastrophe médicale globale et sauver tellement de vies.

Si le SARS-Cov-2 fait chaque jour des milliers de victimes à travers le monde, d’autres virus peuvent être utilisés à des fins thérapeutiques, et rendre de fiers services à la santé mondiale.

Ces microbes se cachent dans les endroits les plus improbables, comme le système d’égouts des maisons de retraite, où la plupart des résidents sont sous antibiotiques. En effet, les selles humaines renferment une abondance de micro-organismes appelés bactériophages. Il s’agit de virus prédateurs, qui s’attaquent aux bactéries, les colonisent puis les détruisent.

Par sa capacité à tuer les bactéries pathogènes, tout en étant facile à extraire et à cultiver, ce type de virus intéresse de plus en plus les chercheurs.infections résistantes aux antibiotiques

En effet, la résistance aux antibiotiques est désormais considérée comme une préoccupation majeure pour santé mondiale. On estime qu’elle pourrait causer 10 millions de décès annuels à travers le monde.

Selon des études récentes, les agents bactériophages peuvent être administrés en toute sécurité par voie intraveineuse. Ils sont indiqués aux patients touchés par une infection bactérienne, et qui ne répondent pas aux différents traitements antibiotiques.

La phagothérapie est un espoir dans la lutte contre l’antibiorésistance

Les bactériophages sont des virus qui vivent naturellement dans le sol (y compris dans les milieux hostiles comme la neige et le désert), mais aussi dans les eaux usées.

 infections résistantes aux antibiotiques

À mesure que les « superbactéries » deviennent résistantes aux antibiotiques, la phagothérapie peut être une alternative prometteuse pour les patients chez qui les antibiotiques n’ont plus d’effet.

Ceci est notamment le cas des patients diabétiques souffrant d’une infection au pied (conduisant souvent à une amputation), ainsi que ceux qui souffrent d’une infection résistante aux antibiotiques après la pose d’une prothèse de hanche ou de genou.

Selon différents rapports médicaux, les antibiotiques sont prescrits de manière excessive et mal orientée, en particulier dans les pays en voie de développement. Dans plusieurs de ces pays, les antibiotiques sont disponibles en vente libre, sans prescription médicale. Par ailleurs, l’industrie de l’élevage ainsi que les usines pharmaceutiques rejettent des quantités considérables d’antibiotiques dans la nature. Ainsi, certaines bactéries dangereuses deviennent de plus en plus résistantes aux médicaments usuels.

Au rythme où vont les choses, la résistance aux antibiotiques ne fera qu’augmenter au fil des ans. De nombreuses infections respiratoires, digestives, urinaires ou ostéoarticulaires, aujourd’hui banales, vont être plus difficiles à traiter, et poseront un risque important et durable pour la sécurité des patients. Reste à convaincre les géants de l’industrie pharmaceutique qui, pour des raisons financières (les virus bactériophages étant impossibles à breveter, leur culture s’avère peu rentable) refusent de s’intéresser à la phagothérapie.

À propos de Sophie

Je suis passionnée par la médecine esthétique, les actus des stars et toute nouveauté concernant la médecine. Je vous invite à consulter mes articles pour vous informer des dernières tendances sur la chirurgie esthétique, mais aussi sur tout ce qui relate la santé.

Voir autre article

10 signes d’accumulation de toxines

Le printemps est connu pour être la meilleure période pour nettoyer le corps, à la …