Congeler ses ovocytes en attendant de trouver le bon partenaire

Grâce à la science et le progrès des techniques médicinales, la femme n’a plus à s’inquiéter de la ménopause. Le tic-tac de l’horloge biologique devient de plus en plus lancinant à partir de la trentaine. Cette horloge biologique est régulée par l’hypothalamus qui fait varier les hormones dictant ainsi le désir de pouponner des enfants.

Que faire avant la ménopause ?

Entre 25 et 35 ans le corps de la femme est prêt pour accueillir un bébé. A partir de 36 et 37 ans le corps change, l’utérus de la femme commence à se préparer à la ménopause et les chances de le voir accueillir un fœtus s’amoindrissent de plus en plus rapidement. C’est pourquoi certaines femmes s’impatientent et commencent à chercher le partenaire qui sera disposé au même besoin qu’elle : fonder une famille.

Fécondation In Vitro (FIV)

Et si le bon partenaire n’est pas trouvé ? dans certains pays le don de sperme est commun et dès que la femme se sente prête pour devenir maman, elle peut s’adresser à cette technique et faire une fécondation in vitro. Par contre, pour des raisons culturelles et religieuses elle n’est pas pratiquée dans d’autres pays. Donc la solution intermédiaire qui peut satisfaire le plus grand nombre de personnes serait de congeler ses ovocytes. Que ce soit pour des raisons médicales ou sociétales, l’autoconservation des ovocytes est discutable sur le plan éthique.

Mais que dit la loi sur la congélation des ovocytes ?

À propos de Sophie

Je suis passionnée par la médecine esthétique, les actus des stars et toute nouveauté concernant la médecine. Je vous invite à consulter mes articles pour vous informer des dernières tendances sur la chirurgie esthétique, mais aussi sur tout ce qui relate la santé.

Voir autre article

Des lésions cardiaques durables observées chez les patients rétablis du coronavirus

Des chercheurs américains ont découvert que le Covid-19 peut être à l’origine d’inflammation et de …